D°A° Kénitra, Levée des plans, dépôt des formes

Exposition du 22 février au 5 avril 2018. Espace Culture, Université Lille 1.

Papier, goudron, vidéo, bois.

Initié en avril 2017 à Kénitra au Maroc lors d’une résidence à l’Institut Français, D°A° Kénitra, Levée des plans, dépôt des formes traite du rapport qu’entretient la cartographie avec le territoire mais aussi avec ses moyens de représentation, de sa définition à l’évolution de ses procédés et outils.
Surface de projection, espace du dessin, la carte dressée par Galerie Rezeda est un support d’assemblages où se côtoient savoir scientifique, perceptions sensibles et mise en jeu des formes.

« Une carte topographique sert à localiser les entités que l’on veut étudier. Localiser les formes de la terre. Une forme, on peut la suivre, elle a des limites, on peut la suivre sur le terrain. Sur la carte topographique, chaque forme a un symbole. »*
« La carte, c’est une façon de dire les choses autrement. Parler autrement. Parler avec des signes, avec des symboles, avec des traits, avec de l’écriture. »*

Ici, tous les papiers, cartes pliées pour le transport puis dépliées pour être punaisées selon un agencement interchangeable, sont dessinés numériquement au trait de 1pixel repassé au goudron bitumeux. Deux des trois grands formats sont une composition d’éléments cartographiques (linéament, …) le 3è est une palissade métallique d’un chantier de Kénitra.
A l’instar des « cartons » cartographiques, les autres différents formats déroulent la rencontre avec les géographes, précisent la nature des sols foulés, situent quelques points de prise de vue ou encore balisent par des éléments dressés les parcours effectués.
Quatre videos viennent par superposition augmenter ces espaces dessinés.
Deux d’entre elles sont des captations filmiques des vues hautes et plans larges de la ville de Kénitra et ses environs, les sous titres sont la retranscription d’entretiens réalisés avec les professeurs et étudiants du laboratoire Environnement, société, territoire de l’Université ibn Tofail de Kénitra. Une troisième projection est la déambulation dans un territoire cartographique numérique et la dernière, diaporama de monochromes, se rapporte à une convention colorimétrique pour les cartes géographiques.

* Extrait des entretiens réalisés au Laboratoire Environnement, société, territoire de l’Université ibn Tofail de Kénitra